village

Le Rhône

Le Rhône est un fleuve Alpestre, il prend sa source en Suisse à 1750 mètres d'altitude, au glacier de la Furka dans le massif du Saint-Gothard, long de 812 kms, avec une partie Française de 522 kms.Il se jette en Méditerranée par un delta, à l'ouest de Marseille. Il coule dans une faille terrestre de 860 kms, mis en évidence récemment par les photos de satellites. L'histoire de Serves s'est construite avec la navigation sur le Rhône et cela remonte à près de 2000 ans ! Aujourd'hui, il ne reste qu'un seul marinier en exercice, il navigue sur le "Gabian".

A l'époque romaine, sur le Rhône à hauteur de Serves une digue protégeait la plaine des crues et créait ainsi une anse qui abritait un port. De là, étaient embarqué les marchandises et les pierres de granit qui servirent à la construction des villes de Valence, Vienne, Fourvière à Lyon...

Au cours des siècles la navigation a pris différentes formes :

  • la navigation à rames et à voile : utilisée par les Grecs et les Romains.

  • Rhone Arras 26la navigation à traction humaine : Les Gaulois utilisaient la traction humaine, ils furent imités par la suite par les Romains, notamment par l'armée romaine qui faisait remorquer ses barques par des esclaves ou des prisonniers de guerre. Au 3ème siècle après Jésus-Christ, les " nautes " étaient la première entreprise de halage de bateaux. Il fallait 120 à 150 hommes ou femmes pour haler les barques de marchandises (aidés parfois par des attelages de bœufs). Le trajet Beaucaire - Lyon durait environ 60 jours voir plus suivant le niveau des eaux. Tous les 10 kms les hommes étaient ravitaillés dans des relais.

  • La navigation à traction animale (chevaux) : C'est au 16ème siècle que les attelages de chevaux, grâce aux harnais et colliers, se substituent à la traction humaine. Pour 2 bateaux de 500 tonnes l'attelage est composé de 50 chevaux et d'une trentaine de personnes : 1 capitaine, 1 chef de convoi, 1 pilote, 1 second, 1 sondeur de passage, 1 charpentier, 1 maréchal ferrant et son aide, 1 cordier, 1 maître d'équipage, 2 mousses, 7 mariniers et 15 charretiers. Des relais nourrissent les hommes et les logent, il en va de même pour les chevaux. Une dizaine de ces relais étaient installés à Serves . Le trajet, à la remonte dure de 30 à 40 jours.
    Pendant plus de 3 siècles, Serves a une vie commerciale importante avec des artisans forgerons, bourreliers, des charretiers, mais aussi de nombreux commerçants, auxquels s'ajoutent un relais de poste et de diligence.

 

  • CP rhone 26La navigation à vapeur : Le 11 juillet 1829, le "Pionnier" (premier bateau à vapeur sur le Rhône), part d'Arles pour remonter à Lyon. Il arrive à la Mulatière le 18, au bout de 95 heures, à la moyenne de 3,15 km/h (avec l'aide de chevaux 3 jours sur 7 !). Le "Pionnier" est arrivé au port de Serves le 16 à 20h (sans l'aide des chevaux), il est reparti le lendemain à 4h15 aidé par 5 chevaux, pour atteindre St-Vallier à 6h !

De 1830 à 1955, ce sont des bateaux à aube, "toueurs", "bateaux crabes"... puis des remorqueurs. C'est un progrès considérable sur les autres types de navigation, un remorqueur de 1500 à 1800 cv consomme 60 tonnes de charbon entre Beaucaire et Lyon et remorque 3 barques de 4500 tonnes chacune. Le trajet s'effectue en 8 à 10 jours, avec seulement une vingtaine de mariniers (pilotes, second, chauffeurs, mécaniciens, mousses et cuisiniers).

En 1845 : 40 bateaux à vapeur représentant une puissance de 38 000 cv ont transporté 400 000 tonnes de marchandises et 100 000 voyageurs. Le transport fluvial atteint son apogée en 1866, à partir de 1880, le chemin de fer détrônera le transport fluvial.
Dès 1845, c'est aussi le début du déclin de la commune de Serves. Suite à la crue millénaire de 1840, le Rhône est endigué pour diminuer le risque de crues et améliorer le tirant d'eau pour les bateaux à vapeur. Les bateaux halés ne peuvent plus accoster dans le port de Serves. L'économie locale est mise à mal, de nombreux Servois qui vivaient grâce au fleuve, se retrouvent sans travail, et toute l'activité avec les chevaux, les relais... est atteinte de plein fouet ! C'est la fin du port de Serves après environ 18 siècles d'existence.
       

CPjoutes CP rhone et chateau

Cartes postales anciennes de Serves sur Rhône
Documentation : Histoire de SERVES-SUR-RHONE par Claude BOISSE, Docteur en archéologie, chargé de mission auprès d'André Malraux et d'Haroun Thazieff.
Bulletins des " Amis du Vieux Serves et de son mandement SERVES-EROME-GERVANS "
De nombreux sujets liés à la vie du Rhône ont fait la vie de Serves : son île, ses moulins (dont un à vapeur), sa batellerie, sa pêche, ses joutes, ses lavandières, ses inondations…

 

Le Château Delphinal

Le Château de Serves est un " Château Delphinal " nommé " Castrum Cervia ".
La tour " Saint-Pierre " aussi appelée " Chapelle Saint-Pierre " est encore visible aujourd'hui de la N 7, à l'entrée Nord du Village.

tour saint pierre serves 26chateau delphinal serves 26Cette tour a été reconstruite au XIe siècle, sur les ruines d'une ancienne tour romaine datant du IVème siècle, ce qui en fait une des plus ancienne tour du Nord Drôme.
On peut regretter aujourd'hui qu'elle ne soit pas classée monument historique. L'éperon rocheux sur lequel a été construit le Château n'est pas le fait du hasard, cet endroit stratégique était un lieu d'observation et de refuge. De cette position dominante, il était aisé de surveiller la voie romaine " via aggripa " (Lyon à Narbonne) et le fleuve (Rhône). On imagine son importance durant les nombreuses invasions barbares (Burgondes, Goths, Visigoths, Alains, Sarrazins, Lombards, Avars, Normands…).



La topographie du lieu choisi, et l'histoire de la Gaule ultérieure, puis Narbonnaise, permettent de supposer que les Celtes utilisèrent ce promontoire rocheux comme "oppida" (village fortifié). Autre hypothèse plausible, il n'était pas rare que les Celtes s'installent sur l'emplacement de fortifications datant de l'âge du bronze.
La proximité et la richesse du site archéologique du Mont Rebut à Saint-Vallier pourrait accréditer cette hypothèse ?
Par la suite, en 121 avant J.C., cette place forte fût occupée par les Gaulois. Les Romains prirent la suite dans cet "oppidum".
A cette époque, il s'agit d'une forteresse en bois, la construction en pierre est réalisée au cours du Xe siècle, au XIe le périmètre du Château est agrandi et au XVe siècle il est remanié. Le Château a été construit avec les caractéristiques suivantes :

  • un donjon, c'est l'habitation du seigneur et des siens, ainsi que des hommes d'armes. (le toit du donjon a été détruit par un incendie en 1770).
  • deux poternes munies de tours rondes, côté Nord " porte Enguerrin ", côté Sud " porte Burgaude ".
  • des murs d'enceinte avec fossés.
  • d'une cour intérieure avec dépôt d'armes, magasins de nourriture et écuries.


chateau delphinal serves 26 2Ce n'est que vers la seconde moitié du XVIIIe siècle que le Château est désarmé et désaffecté. L'armement affecté est alors composé d'une pièce de campagne en fer, montée sur affût et roues en bois, 4 couleuvrines, 5 mousquets, 5 arquebuses à rouet, 12 piques, et 1 plastron et 1 casque.

Concernant le différents propriétaires du château, les archives remontent jusqu'au IXe siècle, si vous êtes intéressés par ce sujet ou d'autres détails, nous vous conseillons de vous procurer le document de 3 pages " Château de Serves sur Rhône " édité par l'association " les Amis du Vieux Serves ", disponible en Mairie ou auprès de l'association.

Notons que le Château de Serves ne fût jamais complètement détruit et qu'il résista aux nombreuses invasions barbares, aux guerres, aux incendies, au pillage… et qu'il a encore fière allure !

Géographie

Situé dans la Drôme des collines, en Rhône-Alpes, sur une superficie de 649 hectares, Serves-sur-Rhône est au bord de la célèbre Nationale 7, sur la rive gauche du Rhône (à 75 kms au sud de LYON).



L'altitude du village est de 123 m au dessus du niveau de la mer et le point culminant est situé au Puy de Serves à 379 m, au lieu dit "Médée". La longitude est de 4°48' et la latitude de 45°7'



Les habitants de Serves-sur-Rhône sont des Servois(es).

Histoire

Origine du nom

C'est en 1931, que la mention "SUR RHÔNE" fût ajoutée à SERVES, pour éviter les confusions postales avec Serres (Hautes-Alpes, Aude, Meurthe-et-Moselle) et Servas (Ain, Gard).

 
121 Av JC - CASTRUM CERVIA

En 121 avant Jésus-Christ, " CASTRUM CERVIA " a servi de camp retranché pour une partie des 20000 Romains qui remportèrent la bataille contre les 100 000 Allobroges (Gaulois de Dauphiné- Savoie) et Arvernes (Gaulois d'Auvergne). Au début de notre ère, les Romains avaient construit une digue sur le fleuve pour protéger la plaine de ses crues, mais aussi le port de marchandises qui servait entre autre au transport des pierres de granit.

 
500 - Chapelle "Saint Pierre"

Nous passerons rapidement sur le premier millénaire, en signalant qu'en l'an 500 la Chapelle St-Pierre fut construite sur les ruines d'une tour romaine. Elle fut par la suite détruite et reconstruite au 11ème siècle sur l'emplacement actuel, près du Château Delphinal.

 
1070 - "CERVIAM"

En 1070, nous trouvons dans les écrits " CERVIAM " CER signifie montagne et VIAM route.

CERVIAM peut être interprété comme route serrée contre la montagne. SERVES disposait d'un pouvoir temporel et administratif. EROME détenait le pouvoir spirituel. Quant à GERVANS il semble y avoir une antériorité car son église est citée en 908. Cette unité fondamentale des 3 Communes durant tout le Moyen Age n'est pas sans rappeler des similitudes actuelles et cela démontre qu'au Moyen Age, comme au 21ème siècle, qu'une Communauté ne peut vivre sans le concours des autres.

 
1327 - Hôtel des monnaies

Autre date importante au cours du 2ème millénaire 1327: création d'un hôtel des monnaies. A Serves, des billons, des florins, des deniers, des sols ont été frappés avec du bronze, de l'argent et du cuivre. Signalons aussi l'existence d'un péage à Serves, créé par les Dauphins, institué en 1348 et qui fonctionnera jusqu'en 1736.

Ce péage dit "des 4 mas" dont les bénéficiaires étaient les Seigneurs de Claveyson, Larnage, Crozes (Bressieux) et Fontager.

 
1792 - Commune d'Erôme

Après la Révolution, en 1792 Serves perdit sa suprématie et devint une simple section de la Commune d'Erôme.

 
1835 - Fleuve, route, rail

C'est au 19ème siècle que Serves connaît un essor important, avec un point culminant vers 1835. Le fleuve, la route et par la suite le chemin de fer, jouent un rôle déterminant dans ce développement. Sur le Rhône, le port fait parti des 6 principaux ports du département. De nombreux mariniers habitent Serves (plus qu'un seul aujourd'hui). Sur la route qui s'est successivement appelée route royale n° 7, route impériale n° 7, avant de devenir la célèbre Nationale 7 (chère à Charles Trénet), c'est l'époque des diligences, des rouliers, des relais de chevaux, des négoces de chevaux…

 
1845 - Commune autonome

Serves retrouve son autonomie en tant que Commune en 1845.

 
XXème Siècle - Pipes en terre cuite, Porcelaine, Rasoir électrique

Des potiers (fin XVIIème) ont eu l'idée de fabriquer des pipes en terre cuite, à partir des carrières de kaolin. Cette fabrication entre 1830 et 1914, a pris une ampleur considérable puisqu'il y a eu jusqu'à 500 ouvriers entre Serves et Erôme ! Ces pipes ont d'abord été vendues en Provence, puis en France, pour être ensuite expédiées dans toute l'Europe, acheminées par la route et le rail (jusqu'à 80 caisses par jour, l'équivalent de 100.000 pipes !). La production annuelle atteignait 2 160 000 pipes vendues sous la marque "Jacob"(manufacture de pipes en terre "Victor Belle"). Ces pipes permettaient de consommer le tabac autrement qu'en chiquant ou en prisant. Des fabriques de Serves ont sous traité, pour une usine de Douai dans le Nord, des pipes pour le tir sur les fêtes foraines (1890 à 1914) et des pipes estampillées "Denain".

Durant la guerre 1914-1918, les "poilus" ont adopté la pipe de bruyère, renommée "incassable", délaissant la pipe en terre trop fragile ! Dommage pour les connaisseurs, la pipe de bruyère n'égale pas la pipe en terre, car celle-ci a des propriétés beaucoup plus neutre sur le tabac. La 1ère guerre mondiale a donc anéanti les fabriques de pipes en terre de Serves et d'Erôme ! Une usine de porcelaine électrique pris le relais à Erôme.

Dans l'histoire de Serves, on ne peut pas passer sous silence la construction du plus long tunnel creusé dans le granit, pour le PLM (Paris-Lyon-Marseille). Un chantier qui s'avéra très difficile et où bon nombre d'ouvriers furent décimés par la maladie (choléra et typhus...) et par de nombreux accidents (explosions, éboulements…).

Une autre première à Serves, la fabrication d'un "épilatoire électrique à sec" !

Il s'agissait du premier rasoir électrique rotatif français de marque " ROBOT ". M. Jay (ingénieur) le mis au point en 1941 (en zone occupée), dans le sous-sol d'une villa à Saint-Vallier. Il fût ensuite fabriqué à Serves (dans les ex locaux de la "Sarma"). La commercialisation n'a jamais été à la hauteur de l'invention et le "robot" ne pût s'imposer face à des marques comme "philips" ou "calor". Le premier rasoir électrique fût inventé par l'américain Jacob Shick en 1928. En Europe, le 1er rasoir électrique rotatif est mis au point par Alexandre Horowitz en Suisse, sous la marque "Harab" (1939). La fabrication des rasoirs "robot" s'achève en 1955, la maintenance des rasoirs vendus se prolongera jusqu'en 1957. L'usine de Serves employa entre 50 à 60 ouvriers(es), dont une majorité de femmes. Le rasoir fût exporté à l'étranger, principalement au Maroc. Plusieurs modèles, dont le "tom pousse" sont exposés au musée de Serves.

Présentation

Commune en plein essor démographique (775 habitants - Source INSEE 2015), la plus septentrionale du Pays de l'Hermitage, Serves-sur-Rhône s'étend sur une superficie de 649 hectares.

Le Village longé par le Rhône, fleuve-roi qui marque la limite avec l'Ardèche, est traversé par la célèbre RN7 chantée par Charles Trenet, et surplombé par un château Delphinal. L'arboriculture (abricot) et la viticulture (AOC) en sont les principales richesses. Des associations diverses (culturelles et sportives) assurent l'animation tout au long de l'année.

Sous-catégories